publiée le 5 octobre 2011

En 2000, le président du Groupe de concertation entre les académies des sciences de la vie et de la santé, le Pr Claude Dreux, écrivait en préambule de la journée solennelle du 26 octobre 2000 à la Sorbonne, consacrée à la Santé publique et à la sécurité sanitaire, mais surtout répondant à la question : « une concertation entre des académies des sciences de la vie et de la santé est-elle opportune ? » :
« Les grands problèmes qui interpellent aujourd’hui les hommes et les femmes de nos sociétés occidentales touchant la santé, l’alimentation, l’environnement sont trop complexes pour qu’un groupe de scientifiques spécialisés, si éminents soient-ils, puisse prétendre les traiter dans leur globalité.
En effet, à propos de chaque question de santé publique, comment ne pas prendre en compte les aspects économiques et sociaux ou les impératifs éthiques ?
La réunion d’experts présents au sein de chaque compagnie ou sollicités par ses membres, la confrontation de leurs points de vue, la recherche d’un consensus à partir d’opinions apparemment divergentes peut augmenter considérablement le poids de l’avis ainsi donné et rendre plus crédibles les différentes académies, tant auprès de l’opinion que des pouvoirs publics. »

Une décennie après, les mots sonnent avec autant de justesse. Aujourd’hui cependant, le Groupe de concertation peut apporter par son travail et sa maturité, la preuve de ces allégations.

Disk Télécharger le PDF (Nécessite Adobe Acrobat Reader)

Dernière mise-à-jour: 13/02/2017