publiée le February 15, 2017

Jean-Pierre Deffez, professeur au Collège de médecine, chef de service de l’hôpital Robert Debré, a été un précurseur de l’orthodontie pédiatrique. Convaincu de la nécessité de réconciliation entre les théories purement mécanistes importées des Etats-Unis et la grande tradition fonctionnelle des stomatologistes français, il y a ajouté la compréhension du développement de l’enfant afin de permettre une approche précoce de l’orthodontie, conception validée par les recommandations de l’ANAES en 2002 (la première consultation devant avoir lieu avant 6 ans).

Il aura permis d’ébaucher une politique de prévention en matière d’orthodontie (éviter que les dysmorphoses n’apparaissent, une fois apparues éviter qu’elles ne s’aggravent, une fois corrigées éviter la récidive).

Contredisant Stendhal « malheur à l’homme d’étude qui n’est d’aucune coterie », il a consacré sa vie professionnelle à l’enfant, luttant contre les préjugés, plus précisément dans le domaine de l’étiologie génétique de nombreuses dysmorphoses et des techniques de rééducation fonctionnelle.

Dernière mise-à-jour: 15/02/2017